Qui est . . .
Who is . . .
 
 
 
 
    
La musique des  yeux de l'âme ...
 

Un musicien atypique

qui apporte une touche de rêve au classique, une lame bleuté sous le fil de … l’âme ?…
 
Carte d'identité
 Né le 1er août 1955 à Sidi-Bel-Abbes
4 garçons et 1 fille. A vécu 40 ans en Alsace.
A habité à Haguenau en mai 2004. Il est retourné sur son lieu de naissance,  il vit  maintenant à Sidi-Bel-Abbes avec sa compagne
et leurs enfants.

Parcours professionnel

Conservatoire de Musique et Faculté de droits à Strasbourg.
Directeur commercial et Dirigeant de la filiale française d'un groupe européen (dans l'industrie de l'emballage en carton). Actuellement il dirige une industrie plasturgique à Oran.

Particularités

 Jusqu’à maintenant et depuis ces 25 dernières années: tous ses temps libres (rares car son travail l’accapare énormément ): pour sa famille, la moto (sa dernière est une V-Max et une Africa-Twin !)... a Musique qu'il compose et interprète, sans oublier l'actualisation de ses sites Internet (une vingtaine).

 
 
 
Tchang-Yat à 3 ans
(Photo © son PAPA !)

 

Une vue de ses paysages d'enfance
(Photo © Louise Serfass)
Né à Sidi-Bel-Abbes en Algérie sous 42° de température d'un père natif de Strasbourg, "surveillant général" (médecin) de l'hôpital civil de la même ville et d'une mère "pied noir" née à Annaba (Bône), Jean-Jacques commence sa vie dans un contexte de guerre politico-civilo-raciste « événement » de la Guerre d'Algérie dans toutes ses horreurs relatées par la suite seulement et dont il a vécu une grande partie alors qu’il n’avais que … 10ans ...
Ses grands parents paternels, nés à Strasbourg et d'origine autrichienne sont morts à la fin de la guerre 39-45. Elle (d’origine asiatique) sous les bombardements américains et lui, 2 ans après,... de chagrin !
Son grand-père maternel, berbère aux beau yeux verts, a disparu laissant sa grand-mère veuve et sa mère orpheline.
 
Ses  premières études primaires lui font fréquenter un Pensionnat de Jésuites (Les Pères de Bétharram) à l’internat Sonis de Sidi-Bel-Abbes. 
 
 
Son père, violoniste  à ses heures, est victime d'un attentat en Afrique du Nord; il sera soigné par la suite à Strasbourg (35 ans après son départ). C'est dans ce contexte que Jean-Jacques découvre l'Alsace. Il se sent déraciné, puis à la mort de son père qu'il considérait comme un roc inébranlable, son modèle, sa référence ... son dieu peut-être ... achève de l’anéantir. Son comportement s'en ressent, il devient "anarchiste" dur et pur ! Mais, miracle, grâce à un ami, se lance à corps perdu dans cette musique classique qu'il repoussait jusque là, probablement pour retrouver son père perdu...  
Jean-Jacques 
revient de loin...
 
 
 
JiJi le Fou (du Roy)
(Photo © R. Frick)

 

S'étourdissant à l'écoute des grands compositeurs, après une année de travail solitaire mais acharné, il se présente au concours d'entrée au Conservatoire de Musique de Strasbourg où il est reçu dans les trois premiers au grand étonnement du Directeur de l'époque.
Il étudie l'orgue avec Marc Schaeffer vers qui va sa plus grande admiration et reconnaissance, l’harmonie et le contrepoint avec Robert Pfrimmer (Maître de Chapelle de la Cathédrale de Strasbourg), la Direction d’orchestre avec Mr. Martin, Directeur du Conservatoire de musique de Strasbourg  et se découvre une passion pour Jean-Sébastien Bach pour lequel son admiration reste sans bornes.
Six années plus tard, il quitte le Conservatoire avec la ferme intention de se consacrer tout entier à la musique. Il tente alors sans succès de faire diffuser une
symphonie et deux concertos qu'il avait composé plus jeune à l'âge de quinze ans et, découragé, tourne le dos à sa passion pour faire face aux dures nécessités de la vie après une émancipation à 17 ans (majorité à 21 ans à son époque). Il aura tenu plus de quatre années à travailler de 18 à 20 heures par jours, 7 jours sur 7 entre sont travail « alimentaire », le conservatoire et la fac. de droit avant de s’écrouler…  
Un Oued (Photo © Louise Serfass)
Il se marie et construit sa maison... de ses propres mains. Jean-Jacques est un travailleur acharné, il l’a toujours été... et ce pour faire le bonheur de sa famille : une femme et trois garçons dont il est particulièrement fier. Il se rend compte hélas, mais bien trop tard que durant près d’un quart de siècle, il est « berné » par cette famille qui l’exploite à outrance sans lui rendre le moindre respect ou amour dont il était en droit d’attendre. Il poursuit sa vie maintenant loin de l’imbécillité humaine en compagnie de celle qui l’a ramassé alors qu’il était au plus bas dans sa vie affective familiale et sociale, elle en a du mérite mais … l’amour n’a pas de raison !
Il a retrouvé récemment sa famille de sang, oncle, tante et une foule de cousins et cousines ... JJ s'intègre parfaitement à cette nouvelle famille, ils se ressemblent tous, JJ aussi, il ressemble à son grand père Lakhdar qui l'a marqué 40 années durant. Il prend officiellement (officieusement depuis toujours) le prénom de son grand-père qu'il aurait pu connaître si la famille avait été réunie.
Que d'années perdues, famille explosées pour "raison d'état" ? Pourquoi est-ce toujours les enfants qui subissent les erreurs des parents, oui, que de temps perdu ...
 
 
RETOUR AUX PREMIERES 
AMOURS : 
LA MUSIQUE

 

JiJi ... maintenant
(Photo Lorraine H).
Ce n'est qu'après une vingtaine d'années qu'il renoue avec cette musique qui lui manquait tant et se remet à composer et à enregistrer ses œuvres tout en s'occupant de la jeunesse musicale de sa région durant une quinzaine d’années.
 
Un véritable engrenage, puisque plus de 40 albums sont nés de ce rêve retrouvé et concrétisé et vivent dans un nid composés d'instruments et d'ordinateurs... La rencontre avec sa nouvelle compagne ne fait que décupler sa passion de la composition symphonique, un premier album est en gestation et est sur le point de naître … en commun : ALLIANCE sera son titre. Sa quête d’absolu aura t-elle trouvé enfin l’âme sœur, l'amour POUR l'amour et ... rien d'autre  ?
Aujourd'hui, il nous donne le meilleur de lui-même . . .
 
Restons à son écoute, sa force, son courage, sa persévérance et ses ressources  nous étonneront toujours, jusqu’où se surpassera t-il …. Se dépassera t-il ?..  Ne serait-ce pas déjà fait ?

 

Merci pour ton amour, merci de nous aimer toutes et tous.

           
 
          
          "Mon Papa"
       offert en son temps 
      par l'un de ses fils.
vers qui aujourd'hui vont ses prières ?
(Photo Lorraine H).

Following his father's death, being a musician, to whom he really vowed a great veneration, all of this happening at age l3th, Jean-Jacques gives himself entirely, struggling for this music, which he denied,  up to that time ...

Staggering, as well as listenning to great composers, after one year being lonesome and working hard, he presents himself to a contest, trying to be accepted into this House of Music, in Strasbourg ... where he is accepted and invited, within the first three applicants to the great astonishment of the Director, during that period of time.  He studies organ with Marc Schaeffer and then, discovers a real passion for Jean-Sebastien Bach, for whom, his admiration is boundless.

Six years later, he leaves this House of Music, with the firm intention to devote himself entirely to this music.  Then, without success, he tries to diffuse a Symphony consisting of two Concerteos , he had composed younger, at age l5th.  Then, discouraged, he turns away from his passion, realizing the hard reality of life.

It is only after twenty years,  that he gets back to this music, which he missed so much, and it is a come back for him and this music, he missed so much ... starting again to compose and register his music. Nowadays, he takes care of children from his region,  those who love music, helping them, showing whatever he can...

Today, he gives the best of himself

 

 

 

"Entrons dans ce monde où la musique est le reflet des yeux de l'âme et laissons nous emporter dans un doux tourbillon de bonheur... Le poids de l'espoir se fait soudain serein, la peur pour demain n'est plus, car demain sera un éternel recommencement rempli de l'amour dans les yeux d'un enfant.
Que cette musique soit pour Jean-Jacques et pour nous, l'occasion de se baigner tout entier dans le cœur des autres, de goûter aux plaisirs divins de l'ivresse des sens . . . dans le reflet scintillant des yeux de l'âme "

 

 


(J.F. Lansing - London 1997)

 

 

ou are invited to enter into the world,  where the Music reflects the eyes of the soul and why not let ourselves evade into a world of Happiness...
 All of a sudden, a spirit of hope is great, the fear of tomorrow has disapeared, because tomorrow shall be an eternal beginning, full of love, within a child's eyes.
 Hoping this music for Jean-Jacques and for all of us, be the occasion to immerge entirely into other's hearts, tasting divine pleasures for our soul ... sparkling reflects of humanity.

 

                              J.F. Lansing - London 1997)

Cette biographie est co-signée et actualisée par :  
Simone Cozilis              et               Lisa Messmer
Paris - 21/07/96                                     Haguenau 10/05/2004

                             

                        

 
 

 

home
musique de fond
"Lorraine" © ETERNAM
Mesurez votre audience