Mes hommages tout particuliers

 

à mon père : 

Je te rends hommage mon papa, tu m’as quitté à l’aube de mes 12 ans mais c’est comme si c’était hier. Merci de tout ce que tu m’as donné et appris en si peu de temps, tu es toujours et encore tellement présent dans mon cœur, dans mon âme, merci de rester avec moi. 

Je t'aime Papa.  

 

Frédéric
Les poètes attendent pour les pleurer que leur pères soient bien enterrés, très profondément ! I\s se plaisent à évoquer des souvenirs qui ne sont d'aucune utilité au défunt. Ils vont même jusqu'à travestir la vérité sur eux.
Moi, je ne suis pas poète, et j'ai envie de te demander pardon aujourd'hui pour toutes mes colères d'adolescent, pour toutes mes paresses et tous mes mensonges, pour toute l'amertume et tous les soupirs que j'ai provoqués chez toi... Mais il vaut mieux vivre qu'écrire, ah! mon vieux copain! Nous allons passer nos jours ensemble, tout bêtement, tant que nous sommes encore vivants. ..
J'avais toujours cru que les pères savaient tout, sur les étoiles, les mers, sur l'histoire ancienne et les pays lointains.
Ils connaissaient mille anecdotes. Ils avaient toujours le ton juste pour raconter des histoires au chevet des petits lits. Ils apprenaient à leurs enfants à siffler. Ils leur fabriquaient des jouets Ils faisaient des nœuds de marin, l'air de ne pas y toucher. On pouvait toujours leur faire confiance pour imaginer de petites aventures. Ils réparaient n'importé quoi. Ils étaient patients et aimants. Ils avaient toujours de la petite monnaie pour notre argent de poche.
Maintenant, je sais, bien sûr,  que je n'étais pas seulement un veinard  parmi beaucoup d'autres. J'étais particulièrement et personnellement favorisé d'être ton enfant… cher papa.
extrait - Helen Exley.  

 

 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

à notre ami
NICOLAS HUCKEL
 
"Ne restez pas à pleurer devant ma tombe
je n'y suis pas, je n'y dors pas,
Je suis un millier de vents qui soufflent,
je suis le scintillement du diamant sur la neige,
je suis la lumière du soleil sur le grain mûr,
je suis la douce pluie d'automne.
 
Quand tu t'éveilles dans le calme du matin, 
je suis le prompt essor
qui s'élance vers le ciel où tournoient les oiseaux silencieux,
je suis la douce étoile qui brille dans la nuit.
 
Ne restez pas à vous lamenter devant ma tombe,
je n'y suis pas : je ne suis pas mort ! "
 
Et pourtant nos yeux s'embuent chaque fois que nous pensons à toi.
Et il n'y a pas un jour, pas une nuit, pas un souffle de notre vie
où nous ne pensons pas 
à toi ... Nicolas !..
 
C'est avec ces lignes et cette photo et au nom de l'amitié 
que Nicolas nous a salué ... pour VOUS...

 

 

 
A bientôt Nicolas ...
 

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

 

Norbert

Tu t'es confié à moi sur  tes problèmes pendant et après ton divorce, je t'ai  ouvert
ma porte ... je t'ai écouté ... mais cela n'a pas suffit, je n'ai pas su 
comprendre ton appel, ta main tendue vers moi. Tes souffrances
étaient telles ... qu'elles paraissaient irréelles ... 
Maintenant Norbert,
je les comprends, je les vis dans mon être et dans mon âme, oui
mon ami, comme je te comprends, comme je regrette de ne pas
avoir compris plus tôt, nous serions encore là à rire et blaguer
comme au bon vieux temps, au temps où nous croyions ... en des
valeurs  désuètes telles que "la famille", l'honnêteté, la propreté
de l'être humain. Oui, je te comprends et t'aime encore et toujours.
Jean-Jacques.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Je souhaite saluer ce soir un grand champion,
il vient de nous quitter pour le pays où l'on gagne
tous les rallyes ... où il n'y a pas de chronomètres
et où les derniers sont ... toujours les premiers ...
dans le coeur de ceux qui attendent pour les rejoindre.

Je salue cet homme au coeur immense comme le
regard qu'il lançait dans le désert africain, comme
l'amour qu'il vouait au désert, à l'Afrique et à sa
famille . Je pense intensément à lui et à eux, sa
femme, son fils et sa fille.

Cet immense champion c'est Fabrizio Meoni, il
vient de rejoindre le bleu de l'éternité, le bleu
de l'âme des purs, des bons, nous te pleurons,
jamais nous ne t'oublierons.
Tchao champion,
tchao tchao ... à bientôt !...
JiJi le fou du Roy et tous les autres Rallymen
enduristes et amoureux de l'Afrique, 
mon ami.
*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

 

   

home
musique de fond
"Lorraine" © ETERNAM
Mesurez votre audience